Depuis 1871, les présidents de la République ont adopté le portrait photographique (affiché notamment dans les mairies). Malgré les souhaits des présidents successifs, le portrait officiel reste un document classique qui obéit à des règles et qui a peu évolué au cours de la période. En effet, ce portrait officiel est plus une représentation de la fonction que de l'individu.

1. Ouvre le fichier et
remplis la chronologie (replaçe les noms et prénoms des présidents de la Vème République et ajoute les dates de leur(s) mandat(s))
2. Réponds aux questions en cliquant sur Ajouter un commentaire 

Le président Charles de Gaulle (1958-1969) pose debout dans la bibliothèque et de trois quart. On ne sourit pas : l'instant est solennel. Il porte l'habit de cérémonie avec des épaulettes et des boutons en métal, le collier de l'ordre de la Libération et le cordon avec la plaque de la Légion d'honneur. Le président s'appuie sur deux livres, la Constitution de la Vème République (1958) et l'Histoire de l'armée française. A travers ce portrait, il montre qu'il est le père et le garant de la Constitution. Il rappelle aussi son passé de militaire (général) qui a participé à la Libération de la France.

Le président Georges Pompidou (1969-1974) pose aussi dans la bibliothèque et arbore ses décorations mais celles-ci sont uniquement civiles car il n'est pas un militaire. Il ne s'appuie sur aucun livre : la Constitution de la Vème République est désormais rentrée dans les mœurs. Il s'inscrit dans la lignée du président de Gaulle dont il fut l'ancien Premier ministre.

Le président Valéry Giscard d'Estaing (1974-1981) souhaite afficher sa rupture : c'est le premier président non gaulliste. Le cadrage est horizontal, décentré et resserré sur les épaules et le visage. A la différence de ses prédécesseurs, il regarde la « France dans les yeux » (slogan de sa campagne électorale). Le drapeau tricolore en arrière-plan rappelle sa fonction de président de la République française. Il porte un costume-cravate et discrètement la rosette de la Légion d'honneur. Il désacralise ainsi la fonction présidentielle : le président devient un citoyen comme les autres.

Le président François Mitterrand (1981-1995) fait la synthèse : il est de nouveau dans la bibliothèque avec un livre à la main (les Essais de Montaigne) en costume-cravate avec la rosette de la Légion d'honneur. Il s'affiche à la fois comme un homme moderne, en phase avec la société mais aussi comme l'héritier d'une tradition historique.

Le président Jacques Chirac (1995-2007) innove : il est photographié chez lui, dans le jardin de l'Élysée qui devient la « maison des Français ». Comme ses deux derniers prédécesseurs, il porte un costume-cravate et la rosette de la Légion d'honneur.

Le président Nicolas Sarkozy (2007-) revient dans la bibliothèque. Le président affiche l'appartenance de la France à l'Union européenne en posant aux côtés des drapeaux français et européen.

Retour à l'accueil